Amphibia & Reptilia

En général je vous parle de mammifères ou d’oiseaux parce que j’en ai beaucoup et que c’est ce que je connais le mieux, mais aujourd’hui je vais vous montrer du reptile et de l’amphibien avec quelques pièces que l’ont m’a prêtées.

Tout comme les mammifères et les oiseaux, les Amphibia (grenouilles, crapauds, salamandres, …) et les Reptilia (serpents, crocodiles, …) sont des Tétrapodes : une Super-Classe dans la classification des espèces qui se caractérise entre autre par la présence de membres locomoteurs. Ces membres sont articulés et donc divisés en plusieurs parties : le stylopode (la partie la plus proximale, humérus/fémur) ; le zeugopode (la partie intermédiaire, radius ulna/tibia fibula) et l’autopode (la partie la plus distale, carpes métacarpes/tarses métatarses & phalanges). Ce schéma général a été modifié au fil de l’évolution chez certains groupes d’espèces en fonction de leur mode de locomotion. Au niveau osseux, les Tétrapodes sont également caractérisés par une première vertèbre cervicale qui se spécialise en Atlas (elle perd son corps vertébral au profit de deux parties latérales qui ont chacune une surface articulaire).

Les Amphibia sont une classe regroupant la plupart des espèces Tétrapodes n’ayant pas de sac amniotique pour protéger l’embryon (qu’il s’agisse d’utérus ou d’œuf à coquille dure). Ils ont besoin d’un milieu aquatique pour se reproduire. Il existe trois Ordres d’Amphibia : les Anura, les Caudata et les Gymnophiona.

Les Reptilia forment une Classe paraphylétique : elle ne regroupe pas tous les groupes descendants d’un même ancêtre commun. Au sens traditionnel, les Reptilia sont constitués de quatre Ordres : les Crocodylia (crocodiles, alligators, …), les Testudines (tortues), les Squamata (serpents, lézards, …) et les Rhynchocephalia (sphénodons). Il manque les oiseaux, évolutivement plus proches des Crocodylia par exemple, que les Crocodylia ne le sont des Testudines, d’après certaines caractéristiques morphologiques et génétiques.
Il est évolutivement plus correct de parler aujourd’hui de la Classe des Sauropsida qui regroupe à la fois les oiseaux et les différents ordres des Reptilia.

Après ce pavé indigeste, pourquoi mélanger dans ce post les Amphibia avec une partie des Sauropsida ? Parce que l’herpétologie. C’est la branche traditionnelle des sciences naturelles qui regroupe ces espèces en fait.

On commence avec les Anura, espèces d’Amphibia dont la queue
disparait au passage des immatures à l’âge adulte. J’ai nettoyé un squelette d’Anura, celui d’une grenouille rieuse
(Pelophylax ridibundus). Comme la plupart des Amphibia, le crâne n’est pas tout à fait soudé, et tout est d’une taille telle que je n’ai pas eu le courage de l’assembler. Voici les os de son crâne :

Les maxillaires, avec des dents en grand nombre et qui présentent toutes la même forme (les Anura n’ont en revanche pas de dents sur la partie inférieure de la bouche) :

Les vertèbres, qui ne sont au nombre que d’une dizaine (il n’y a pas de vertèbre lombaire). Après le sacrum, une grande vertèbre correspondant à la fusion des vertèbres caudales termine la colonne vertébrale, on l’appelle urostyle.

Les os des membres antérieurs (on reconnait vaguement certaines formes mais on est bien éloigné des os de mammifères) :

Les os des membres postérieurs :

On voit bien avec ce tibio-fibula que les Anura ont des os creux, ce qui les rend très légers :

Les phalanges sont petites, fines et allongées et possèdent toute la même forme :

Voici une momie de crapaud du genre Bufo. On voit bien que le crâne est large et aplati :

Et là on peut voir deux os du coxal qui entourent l’urostyle :

//

Concernant les Sauropsida, je ne parlais que des Testudines et des Squamata (parce que je n’ai que ça à vous montrer 😉 ).

Les Testudines sont caractérisées par leur carapace. Au niveau du crâne, elles n’ont pas de dents mais un bec : l’os est recouvert d’une couche cornée qui rend la mâchoire tranchante. On le voit bien sur ce spécimen de tortue terrestre, la tortue serpentine (Chelydra serpentina). C’est une espèce particulièrement imposante (elles peuvent faire jusqu’à 30kg).

chelydra.jpg

Deux tortues serpentines (une sans bec corné et une avec) accompagnées d’une plus petite tortue dulçaquicole, la tortue peinte (Chrysemys picta). Les tortues serpentines ont une mâchoire bien plus puissante, ce qu’on voit à la longueur de la crête supraoccipitale (la languette à l’arrière du crâne), où s’attachent les muscles rattachant la tête au cou.

tortues.jpg

//

Les Squamata sont caractérisés par un changement régulier de peau, ils muent. Dans la Famille des Colubridae, voici une couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus) :

Des vertèbres et côtes d’un individu plus petit de la même espèce :

Le crâne, incomplet (comme pour la grenouille, les os ne sont pas soudés) :

A gauche des vertèbres d’une couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus) et à droite d’une couleuvre verte et jaune. On est sur deux gabarits bien différents :

Comparaison entre une vertèbre de couleuvre de Montpellier et une vertèbre de chien (à gauche). Leur morphologie est relativement différente :

D’autres espèces de Colubridae : serpent taureau (Pituophis catenifer), serpent laitier du Honduras (Lampropeltis triangulum hondurensis – spécimen albinos) et Pantherophis sp.

Dans la Famille des Viperidae, voici un crotale (crotalus sp.) :

//

Toujours dans les Squamata, il existe le Sous-Ordre des Sauria avec les lézards au sens large, dans lequel on trouve par exemple la Famille des gekkonidae avec ce Tropiocolotes steudneri :

Une autre Famille de geckos, les Phyllodactylidae avec la tarente de maurétanie
(Tarentola mauritanica) :

Ils ont des lamelles adhésives sous les doigts, qui leurs permettent de se fixer sur n’importe quelle surface :

//

Toujours dans les Sauria, la famille des Lacertidae avec le lézard des murailles (Podarcis muralis) :

lezards.jpg

Et pour finir la Famille des Anguidae, caractérisée par une absence de membres ou des membres réduits, avec l’orvet commun (Anguis fragilis) :

orvet1.jpg

orvet2.jpg

Une pensée sur “Amphibia & Reptilia”

  1. ce post est très intéressant, après je suis étonnée que tu présente autant de spécimens d’espèces qui sont protégées en France sans même le préciser :/ si toi tu as eu les autorisations nécessaires pour leur naturalisation, ce ne sera pas le cas de tout le monde et il me semble intéressant de mentionner que ce sera alors illégal pour eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *