Turdus merula (edit)



(première photo : David Friel)

Voici le second squelette que je monte, mais aussi le premier complet et le premier d’oiseau. Il s’agit d’un merle noir (Turdus merula), oiseau très commun dans mon jardin, qui s’est tué en se cognant contre une des fenêtres de chez moi. Je l’ai laissé dehors environ un mois où la chair s’est totalement faite mangée par des dermestes. Il ne restait qu’un squelette assez propre et les plumes. J’ai enlevé ces dernières et j’ai fait trempée les différentes partie du squelette dans de l’eau oxygénée pour les blanchir et les désinfecter dans une certaine mesure. J’ai ensuite collé chaque os un par un pour remonter le squelette. Un morceau de fil de fer traverse toutes les vertèbres jusqu’au crâne pour un meilleur maintien et les anneaux sclérotiques tiennent grâce à deux petits morceaux de fil de fer. J’ai réussi à redressé sa position puis à le fixer au support grâce à de la colle forte et à une barre métallique sur laquelle il repose.
Le squelette est complet, j’ai même récupéré les anneaux sclérotique et l’os hyoïde. Par contre, le bréchet est brisé en plusieurs endroit et je n’ai pas pu récupérer les côtes sternales, ce qui fait que la cage thoracique est un peu en vrac. Le reste est également loin d’être parfait : quelques paquets de colle apparents, je ne suis pas sure d’avoir posé les scapulas exactement au bon endroit et les deux fémurs sont légèrement cracra (graisse).
Malgré ces quelques défauts, je suis plutôt contente du résultat, ça fait réviser l’anatomie et ça m’a permis de mieux comprendre l’agencement d’un squelette d’oiseau :).
Je vous laisse découvrir tout ça en images.







Bird


Un nid est tombé dans le jardin. Nous l’avons remis en place et courru après les trois oisillons pour les y remettre. Les prendre pour les remettre, sentir un petit cœur qui bat très fort dans sa paume, cette vie au creux de la main et voir un petit bec dont l’intérieur est orange vif s’ouvrir prêt de votre visage dans l’attente de nourriture, ça m’a submergé. Tout ce qui est beau est fragile.
Si vous avez une idée de l’espèce, merci de laisser un commentaire.

Oryctolagus cuniculus



J’ai acheté ce squelette de lapin déjà monté (je suis tombée dessus un peu par hasard et j’ai sauté sur l’occasion). Il a un peu souffert durant le voyage donc j’ai eu deux petits coups de colle à donner et il faut lui remettre en place les clavicules. Il a également une glace en plexi, ce qui donne un final assez classe.
Musique : Wouldn’t it be good – Placebo