Lomography Konstruktor

Le mois dernier, la marque Lomography m’a offert un appareil Lomography Konstruktor, leur tout premier reflex 35mm DIY argentique, pour que je puisse le tester. J’adore bricoler des vieux appareils photos, donc le concept d’en monter un moi-même de toute pièce m’a tout de suite séduite.

Les pièces se trouvent dans une boite avec un packaging très sympa, et sont accompagnées d’éléments pour customiser l’appareil, d’un tournevis et d’une notice de montage.

Sur la notice est indiqué que l’appareil peut se monter en environ deux heures, et j’ai du mettre un petit peu moins de temps que ça. La notice était suffisante pour moi, mais si vous avez des difficultés au montage, n’hésitez pas à aller sur le site de Lomography, qui propose des vidéos sur le montage, pas à pas. Je vous conseille également de vous mettre sur une surface claire, voire un plateau, car il y a beaucoup de toutes petites pièces noires, que l’on peut perdre facilement.

J’ai vraiment adoré le monter, et j’adorerai que d’autres modèles DIY soient proposés par la marque. La seule difficulté que j’ai rencontré a été le moment de mettre les petits ressorts en place.

Dans ce kit de base, le viseur est un viseur de poitrine, et l’objectif fourni est un 50mm f/10. Mais il existe aussi un viseur grossissant, un objectif gros-plan et un objectif macro, disponibles sur le site.

Au niveau des caractéristiques, avec cet objectif l’ouverture est donc à f/10, la mise au point se fait au minimum à 50 cm du sujet et la profondeur de champ est faible. La vitesse du boitier est à 1/80s, mais il y a aussi un mode pose longue, ainsi qu’une prise PC pour flash, un orifice pour trépied et une petite loupe au-dessus du viseur pour aider à faire la mise au point.

Le gros plus de cet appareil est la possibilité de faire des doubles expositions, car le mécanisme n’oblige pas à faire avancer le film après une prise de vue.

Au niveau esthétique, j’ai mis sur le corps de l’appareil un faux-cuir noir (fourni avec le boitier en noir, rouge ou blanc) et j’ai seulement mis une pastille bleue sur le déclencheur (il y a beaucoup de stickers colorés dans le pack). J’aime les appareils photos noirs, donc ça m’allait très bien de pouvoir faire quelque chose de sobre.

Ci-dessus, avec son copain, le Lomography Fisheye One Nautic. Ces photos ont été prises avec un Canon AE-1 Program, un film Kodak Gold 100 périmé et un film Alterlogue Nebula35.

Voici quelques photos de ma première pellicule utilisée dans le Konstruktor, une Fuji Superia Xtra 400. Au niveau de l’utilisation, l’appareil est très léger, très agréable à utiliser, et je trouve que c’est toujours sympa de passer de temps en temps à un viseur de poitrine. J’aime beaucoup le résultat, l’optique donne aux photographies un rendu très  »léger ». Le 50mm est toujours aussi parfait pour les portraits, et le bokeh est très très chouette. Avec sa faible ouverture, c’est quand même un appareil à privilégier en extérieur.

Merci à Woden, Britney Fierce, Sabrina Sako, Lucie et Panda.

Projet Lost Films #27

J’ai trouvé au marché aux Puces 24 pellicules oubliées de la Seconde Guerre Mondiale (prises entre 1936 et 1945). Heureusement, le nom du photographe était avec : Maurice Jourtau, un médecin à Toulouse. Il était aussi soldat durant la Seconde Guerre Mondiale, maquisard et a gagné une médaille militaire après la guerre. J’ai scanné les pellicules et commencé le projet Lost Films. Chaque dimanche j’ai posté dans le blog les photos d’une pellicule.
Aujourd’hui cette partie du projet sur Jourtau est terminée, mais je continue chaque dimanche à poster une pellicule trouvée aux Puces, de n’importes quels lieux, n’importes quelles époques, n’importes quels photographes.

Vous pouvez lire l’introduction du projet ici et voir les précédentes pellicules .

Le format des négatifs de ce lot est large : 65 x 110 mm. Cela correspond aux formats 116 et 616, dont la différence est que les tubes de 616 sont plus compacts. Le format 116 a été introduit en 1899 et produit jusqu’en 1984, tandis que le 616 a été introduit en 1932 et produit également jusqu’en 1984. A partir de l’introduction du 616, le 116 a été de moins en moins populaire. Kodak aura en tout produit 17 appareils pour le format 116, et le dernier, le Kodak Brownie Target Six-16 a vu sa production arrêtée en 1951.

Ce lot est constitué de 23 négatifs monochromes, tous dans une même pochette, et comme un rouleau de 116/616 permettait de faire six à sept photos, cela correspond à au moins quatre rouleaux. Je pense que la période correspond à la fin des années 40, mais je peux me tromper.


On commence directement avec ma préférée.


Il s’agit de la Cathédrale Sainte-Cécile à Albi, dans le Tarn.


L’enfant de gauche tient la pochette de l’appareil photo.


On peut lire Grand hôtel du Vigan – Restaurant tout confort, Service international de tourisme et ACA (peut-être pour Automobile Club Association). Nous sommes donc à Vigan, qui est la sous-préfecture du Gard.


Vous pouvez voir l’entrée de l’hôtel Reynès à Albi, qui date du XVIe siècle.


Il s’agit du puits du cloitre de Saint-Salvy à Albi.


Encore une vue de la Cathédrale Sainte-Cécile à Albi.


Entrée de l’hôtel Reynès à Albi.


Cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur à Narbonne, dans l’Aude.


Église Saint-Salvy à Albi.


Entrée de l’hôtel Reynès à Albi.


La pharmacie des Pénitents, à Albi, bâtiment du XVIe siècle construit dans le style albigeois.


Église Saint-Jacques à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales.
La plaque de voiture 7244NT2 a été immatriculée dans les Pyrénées-Orientales entre novembre 1945 et juillet 1946.


On peut voir une publicité pour le vin d’apéritif Byrrh, recommandé aux familles en arrière-plan.


Encore une vue de la Cathédrale Sainte-Cécile à Albi.

Si vous avez d’autres informations sur ces photos à propos d’éléments que je n’aurai su analyser, que vous reconnaissez des lieux ou des personnes, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires !
Et vous pouvez toujours retrouver le Tumblr du projet ici et vous abonner pour suivre les mises à jours hebdomadaires.
Je sais que vous avez été nombreux à suivre le projet avec la partie sur Maurice Jourtau, et malgré le fait que ce lot là soit terminé, j’espère que vous continuerez à apprécier ce projet avec cette nouvelle direction. N’hésitez pas à me faire part de votre avis et à réagir.

La suite dimanche prochain !

L’arbre aux souhaits


Eden j’aimerais que tu joues pour toujours au cheval avec moi.

Canon AE-1 Program + film Kodak Max Versatility 400 périmé

+