Développer ses films noir et blanc à la maison

2017-12-28_027.jpg
(Canon AE-1 Program + Svema Foto 100)

En mars j’avais écris un post sur comment développer ses films couleur à la maison avec peu de matériel. Aujourd’hui voici un post similaire, mais au sujet du noir et blanc ! Il existe des tonnes de
sites qui en parlent et qui font des tutoriels hyper détaillés, ici c’est
surtout histoire de vous montrer un aperçu de la chose et que cela ne
demande pas beaucoup de matériel ou de préparation.

Au niveau du matériel justement, j’utilise une cuve de développement, une paire de ciseaux et un décapsuleur (pour sortir et couper les pellicules de leur bobine), un minuteur et trois verres doseur de cuisine en plastique.

2017-12-28_028.jpg

Pour la cuve, j’utilise une Paterson Tank System 4.
La
seule étape qui va se réaliser dans le noir total est celle où la
pellicule est décapsulée, coupée de la bobine, enroulée sur la spire (la
partie blanche sur la photo ci-dessous) et ensuite glissée dans la cuve. Le
système de la cuve permet la circulation de liquides sans entrée de
lumière, donc je peux m’occuper des étapes suivantes à la lumière.

2017-12-28_029.jpg

Durant les étapes suivantes, le négatif va être en contact avec différents bains et il faut respecter des températures et des temps
précis. Je n’utilise (contrairement au développement couleur) que des produits qui se jettent après une utilisation et qui permettent un développement à 20°C : je fais tout à température ambiante (bien plus pratique que la couleur). 

Mon premier verre va contenir le révélateur, qui va révéler la pellicule (j’utilise le Tetenal Paranol S, qui est similaire au Agfa Rodinal). Toute la bouteille de produit ne s’utilise pas, il faut la diluer. Je l’utilise en 1+50 ou 1+25 (c’est à dire qu’il faut 1 dose de produit pour 25 ou 50 doses similaires d’eau). Et bien sur le calcul va se faire en fonction de la capacité de la cuve et du format de film que l’on développe.
Exemple : si je mets un film 120 dans ma cuve Paterson, j’ai besoin de mettre 500mL de produit. En diluant le Paranol en 1+25, je fais 500/26 = environ 19. Je vais donc mettre 19mL de Paranol et le reste d’eau (481mL).
Je fais donc le mélange dans le verre doseur avant de le mettre dans ma cuve et de commencer le développement.
Ensuite pour le temps de développement, cela dépend donc du révélateur choisi et de la pellicule (mais ces informations se trouvent sans problème sur le net).

Mon second verre contient le bain d’arrêt, qui va donc stopper le révélateur. Pour cela je n’achète pas de produit particulier, j’utilise du vinaigre ménager que je dilue pour avoir une concentration de 2° (donc en partant de vinaigre à 14°, je fais une dilution de 1+6). Je laisse le bain 30 secondes dans la cuve, peu importe la pellicule.

Mon troisième verre contient le fixateur. J’utilise le Tetenal Superfix Plus, que je dilue en 1+5. Je le laisse environ 4 minutes dans la cuve, peu importe la pellicule.

Ensuite je vais rincer trois fois la pellicule à l’eau claire, puis je fais deux derniers bains à l’eau déminéralisée pour éviter les traces de calcaire, avec une goutte de liquide vaisselle à la fin (qui sert d’agent mouillant).

Pour finir je sors la pellicule et je la mets à sécher sur un cintre avec une pince à linge.

2017-12-28_030.jpg

Conclusion

Au final, les temps de bains sont courts (moins de 20 minutes pour le révélateur) donc le
processus est assez rapide et je ne m’embête pas avec la température. La seule difficulté est d’arriver à charger la
pellicule correctement sur la spire dans le noir. J’arrive à tout faire sur le plan de travail de ma salle de bain.

Au niveau du matériel, il faut investir dans une cuve, ce qui n’est pas très onéreux. Pour ceux qui souhaitent
investir dans une cuve, la Lab-Box
me semble vraiment chouette, et bien plus simple à utiliser que celle
que j’ai.

J’achète le révélateur de 250mL environ 8€, ce qui permet de faire une vingtaine de développements en diluant à 1+50.Pour le fixateur, c’est environ 12€ pour 1L, ce qui permet de faire une quinzaine de films en diluant à 1+5. En comptant qu’un développement en laboratoire coûte 6-8€ le film, le calcul est vite fait.

Au final je fais des économies, je n’ai plus besoin de me déplacer au
laboratoire, et en deux heures, une pellicule peut être développée et
scannée chez moi.

Quelques exemples de films développés et scannés à la maison :

Semflex Standard 4.5 + film Lomography Lady Grey 400 (120) / Mo’tiff

Semflex Standard 4.5 + film Lomography Lady Grey 400 (120) / Woden

Lomo LC-A+ + film Lomography Lady Grey 400 (35mm) / Woden

Praktica MTL5 + film Ilford HP5 Plus 400 / Laure Giappiconi

Minolta SRT 303b + film Kodak Kodachrome 25 (diapositive couleur qui se développe normalement en k-14, mais je vous en reparlerai)

Semflex Standard 4.5 + film Owax 100 (120) / Laure Giappiconi

Canon AE-1 Program + film Svema Foto 100 / Sabrina Sako

Canon AE-1 Program + film Owax Onidis 400 / Victor Vaclav

Canon AE-1 Program + film Svema A2-SH 400 / Sabrina Sako + Armelle Stb

Canon AE-1 Program + film Ilford Delta 3200 périmé / Britney Fierce

Zeiss Ikon Super Ikonta 530-16 + film Owax 100 (120) / Britney Fierce

2017-12-10_004.jpg

Seagull 4b + film Kodak Verichrome Pan (périmé depuis 1979) / Woden

Canon AE-1 Program + film Kosmo Foto Mono 100

Canon AE-1 Program + film Kosmo Foto Mono 100 / Ava

Canon AE-1 Program + film Ilford Delta 3200 périmé / Romuleald

2017-12-28_010.jpg

Canon AE-1 Program + Svema Foto 100 / Luc

2017-10-15_033.jpg

Canon AE-1 Program + film Svema A2-SH 400 / Amandine Hannah

2017-12-28_069.jpg

Canon AE-1 Program + film Kosmo Foto Mono 100 / Margot

2017-12-28_033.jpg

Canon AE-1 Program + film Svema Foto 100 / Margot


Canon AE-1 Program + film Tasma NK2 100

Alsaphot Dauphin I + film Shanghai GP3 100 périmé (120) / Laure Giappiconi

2017-12-23_027.jpg

Canon AE-1 + film Ilford Delta 3200 périmé

? Tu veux soutenir mon travail ? ?

3 réponses sur “Développer ses films noir et blanc à la maison”

  1. J’ai pas tout compris au niveau des maths mais en même temps, c’est l’heure de la sieste… C’est parfait, ça me donne envie d’enfin m’my mettre (surtout que j’ai le matériel, pas d’excuses!)

  2. Bonjour. Félicitations pour ton travail photo que je suis également sur Instagram. Avec quel appareil scannes tu tes pellicules ? Bravo pour ton Article sur le développement des pellicules. Très simple. Très pratique.. Super.

  3. salut..j’aime beaucoup ton travail et suis très impressionné par ce que tu fais ! –
    par contre je suis très surpris que tu ne te soucies pas de la t° des révélateurs fixateurs rinçage ,et choqué par ton rinçage sommaire ,pour un rinçage assurant un minimum de stabilité et de conservation au film il faut au minimum 8litres d’eau ,se succédant dans la cuve par fraction de 500ml ,chaque fraction étant retournée 16x ,le tout prenant une dizaine de minutes..
    à part ça ,très chouette ,très frais ,ton boulot..j’adooore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *